fbpx

Prélèvement à la source, 5 choses à savoir

22 mars 2019

Quand, en janvier, tu as reçu l’alerte de ta banque t’annonçant que tu avais reçu ton premier salaire de l’année, tu étais bien content. Eh oui, entre les cadeaux de Noël et le nouvel an, tu avais fait chauffer ta carte pendant les vacances (si tu cherches quelques conseils pour réduire tes dépenses 😉). Puis, tu as regardé combien tu avais reçu et, là, tu as failli t’évanouir ! Il t’a fallu quelques secondes pour te rappeler que le prélèvement à la source avait commencé ! Voici 5 choses à savoir à ce sujet.

#1 : 2018 a bien été une année blanche

Ce qui veut dire ? Tout simplement que tu ne vas pas payer d’impôts sur tes revenus de 2018 ! A quelques exceptions près, certains revenus qualifiés d’exceptionnels seront quand même imposés (il s’agit par exemple de primes ou d’indemnités de rupture de contrat de travail).

Alors tu as peut être l’impression que ce que je viens d’écrire n’est pas vrai, car en 2018 tu as payé tes impôts pour 2017, et en 2019 tu vas directement payer tes impôts 2019, mais on te l’assure, tu viens bien d’économiser une année entière d’impôt sur le revenu.

#2 : La déclaration annuelle ne va pas disparaître

Eh oui, pas de bonne nouvelle de ce côté là, il faudra continuer à remplir une déclaration tous les ans. Celle-ci permet en effet de prendre en compte l’ensemble de tes revenus, ainsi que des réductions ou crédits d’impôts (si tu a fais des dons à des associations au cours de l’année par exemple).

Cette déclaration permettra aussi à l’administration de mettre à jour ton taux de prélèvement personnalisé et de régulariser ta situation (par exemple, si tu as choisi le taux forfaitaire au lieu du taux personnalisé, ou encore si ta situation a évolué au cours de l’année).

#3 : Tu peux choisir ton taux de prélèvement

Le prélèvement à la source est réalisé, pour le compte de l’Etat, par ton employeur. Pour le faire, il recevra donc ton taux de prélèvement de la part de l’administration fiscale.

Ce taux est susceptible de donner à ton entreprise plus d’informations que tu ne l’aimerais au sujet de ta situation personnelle : rien de très précis forcément, mais au moins une idée de ton niveau de patrimoine (si tu as des revenus significatifs autres que ton salaire par exemple) et de ta situation familiale.

Si tu souhaites ne donner aucun indice, tu as la possibilité de demander à l’administration fiscale (dans ton espace personnel sur le site des impôts) de transmettre un taux neutre à ton entreprise au lieu de ton taux personnalisé.

Ce taux neutre correspond à celui d’un célibataire sans enfant, et il est issu d’une grille qui est fonction du salaire mensuel soumis au prélèvement.

Attention, cependant, l’utilisation du taux neutre à plusieurs inconvénients :

  • si celui-ci est plus important que ton taux personnalisé (car tu es marié ou que tu as des enfants par exemple) alors il faudra que tu attendes la régularisation de fin d’année, faisant suite à la déclaration annuelle, pour récupérer ce que tu as versé en trop. On parle donc d’un décalage de plusieurs mois sur ta trésorerie.
  • si celui-ci est plus faible que ton taux personnalisé, alors il faudra que tu ailles tous les mois sur ton espace personnel pour calculer et verser la différence à l’administration fiscale

Donc si tu n’es pas dans une situation spécifique que tu préférerais garder secrète (d’importants revenus autres que ton salaire par exemple), il n’est pas judicieux de demander l’application du taux neutre.

#4 : L’impôt s’adapte dynamiquement à tes revenus

Si tes revenus évoluent au cours de l’année, à la hausse comme à la baisse, l’impôt que tu vas payer va lui aussi évoluer dans les mêmes proportions, et ce, dès le mois où ton salaire sera impacté.

Il n’y aura plus de décalage d’un an, comme c’était le cas auparavant, ce qui pouvait être problématique en cas de coup dur ou d’erreur sur le montant mis de côté pour payer ses impôts.

Si tu as un changement de situation qui va durablement impacter ton imposition, tu peux même demander, à n’importe quel moment, une modification de ton taux d’imposition.

Désormais, mis à part la régulation de fin d’année (minime dans la plupart des cas), l’argent que tu perçois tous les mois est réellement à toi. Tu n’auras rien de plus à payer dessus et tu peux donc l’utiliser comme tu veux ! On te conseil quand même de continuer à utiliser la règle des 50/30/20, ou la version de celle-ci qui fonctionne pour toi.

Relative mauvaise nouvelle pour les jeunes diplômés par contre, ils devront payer des impôts dès leur premier mois de travail (sur la base du taux neutre).

#5 : Il est obligatoire

Tu n’as pas le choix, le passage au prélèvement à la source est obligatoire pour tout le monde. La seule chose que tu peux choisir est le taux de prélèvement qui s’appliquera chaque mois.

Le prélèvement à la source te permet donc d’avoir une vision plus claire de l’argent dont tu disposes réellement à la fin du mois, tu peux donc dépenser, épargner et investir sans arrières pensées !

***

Pour ne pas rater nos prochains articles, inscris toi à la newsletter et suis nous sur Facebook.

Guillaume et Julien, co-fondateurs d’Axel

Axel © 2018